biblio leg journaux 1

De gauche à droite, le fils de Louis Grondin, André Grondin, la mairesse de Maniwaki, Francine Fortin, Louis Grondin, Colette Archambault, la conseillère municipale de Déléage, Louise Charlebois, et la conseillère municipale de Maniwaki, Madeleine Lefebvre (photo: Jordan Maheu – Le Choix Vallée-de-la-Gatineau).

Cliquez sur la photo pour un agrandissement

MANIWAKI  ( 13 juin 2019) -  La bibliothèque J.R. L’Heureux de Maniwaki s’est vu remettre par André et Louis Grondin 61 volumes reliés cousus-caisses regroupant 1 976 exemplaires du défunt journal La Gatineau des années 1955 à 1993, alors sous la propriété de leur père, O’Neil Grondin. La remise de ce legs s’est faite à l’occasion d’un 5 à 7 à la bibliothèque J.R. L’Heureux le 13 juin dernier.

Texte de Jordan Maheu
Journal le Choix de la Vallée-de-la-Gatineau

Les journaux ne sont actuellement pas disponibles au grand public, mais la Ville de Maniwaki tentera de trouver une solution en collaboration avec la bibliothèque J.R. L’Heureux pour la mise en place d’un protocole de conservation.

«Malheureusement, pour le moment, les gens ne pourront pas les consulter parce qu’ils ne sont pas encore dans un lieu sécuritaire. On travaille toutefois avec la mairesse pour éventuellement avoir un endroit sécurisé où les gens pourront venir pour consulter ces livres-là», a expliqué la coordonnatrice de la bibliothèque, Colette Archambault.

Entreposés sur les tablettes depuis plusieurs années, les journaux reliés n’ont à ce jour jamais été conservés dans un endroit convenable à la conservation. La bibliothèque et la Ville de Maniwaki veulent s’assurer que ces archives perdurent encore pour plusieurs années.

«Les journaux sont reliés avec une couverture rigide, mais le papier journal reste du papier journal! C’est très fragile et c’est pour ça qu’on ne peut pas permettre aux gens de les consulter tout de suite», a mentionné Colette Archambault

Analyse des possibilités de protocole de conservcation

On ignore toujours l’emplacement où ces témoins du passé seront disponibles à la consultation. Mme Archambault ne croit toutefois pas que ces consultations se feront à la bibliothèque étant donné le manque d’espace et de personnel. Toutes les options restent toutefois plausibles.

«À la bibliothèque, on va être les gardiens de ces beaux volumes et éventuellement tout le monde pourra en profiter. […] Je serais tentée de dire que c’est certain que les consultations ne se feront pas à la bibliothèque parce que c’est trop petit. On est alors à la recherche d’un local», a expliqué Colette Archambault.

André et Louis Grondin avaient été approchés par la Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), mais leur «souhait était que ça demeure dans la ville de Maniwaki».

«C’est sûr que les Archives nationales est un endroit idéal pour garder tout ça, mais les volumes ne seraient plus accessibles aux citoyens et ce n’est pas à Maniwaki, ça aurait alors obligé les citoyens à se déplacer», a mentionné Colette Archambault.

La coordonnatrice de la bibliothèque s’est montrée ouverte à organiser des journées exceptionnelles où les citoyens pourraient consulter les journaux.

«Si l’on voit qu’il y a des possibilités peut-être que l’on créera des événements où les gens pourront venir les consulter, mais il va nous falloir du personnel ou des bénévoles», a précisé Mme Archambault.

Pour la coordonnatrice de la bibliothèque J.R. l’Heureux, Colette Archambault, il s’agit d’un «geste inestimable pour les archives de la Vallée-de-la-Gatineau».

«C’est une richesse parce que ça représente l’histoire de la Vallée-de-la-Gatineau», a-t-elle mentionné.

biblio leg journaux 2

1 976 exemplaires allant des années 1955 à 1993 du défunt journal La Gatineau ont été assemblés dans 61 volumes (photo: Jordan Maheu – Le Choix Vallée-de-la-Gatineau).